Membre honoré

John Kucera

Discipline(s): Ski alpin
Date de naissance / Décès: Sept. 17, 1984
Ville natale / résidence: Calgary
Période de carrière active: 2004–2014
Intronisation TRSC: 2018
Catégorie d'intronisation: Ski alpin
Photo courtesy Alpine Canada Alpin.

Né le 17 septembre 1984 à Calgary, en Alberta. 

La carrière de John Kucera est marquée par deux premières canadiennes en ski alpin. 

John est né à Calgary, ville où s’établissent ses parents après avoir fui le régime communiste de la Tchécoslovaquie, en 1981. Il fait ses débuts sur les pentes à l’âge de 18 mois. Il débute avec le groupe de course Calgary Alpine et rejoint, plus tard, le programme Nancy Greene de Mount Norquay, en Alberta. 

Il se joint éventuellement à la Fédération internationale de ski, mais l’argent ne suit pas toujours. Alors que les autres jeunes athlètes séjournent à l’hôtel lors de compétitions, les Kuceras campent, eux, dans un véhicule récréatif stationné près des pentes de ski. Un été, John envoie près de 1000 lettres à des commanditaires potentiels afin de pouvoir poursuivre la compétition. Son travail acharné lui vaut une place dans l’équipe de ski de l’Alberta et, éventuellement, au sein de l’équipe nationale de ski alpin, de 2002 à 2014. John pratique les cinq disciplines, mais excelle en descente et au Super-G. Les défis qu’il relève comme jeune athlète le préparent aux embûches auxquelles il fera face comme skieur membre de l’équipe nationale déterminé à se faire un nom sur le circuit de la Coupe du monde. 

John passe à l’histoire de ce circuit en 2006, à l’âge de 22 ans. Il remporte la première victoire masculine domestique du Canada à la Coupe du monde grâce à une médaille d’or au Super-G, au lac Louise. La même année, John consolide sa réputation grâce à une troisième place au Super-G, à Val Gardena. Aux Jeux olympiques de Turin, en 2006, il rivalise en descente, au Super-G et au combiné nordique. Il termine dans le top 30 de chacune de ces épreuves. 

En 2009, John marque à nouveau à l’histoire, cette fois en France il remporte le premier titre masculin du Canada en Championnat du monde en descente – il bat ses rivaux Bode Miller et Hermann Maier. L’athlète attribue sa victoire au fait d’avoir skié sur la bonne piste, dans les bonnes conditions et au bon moment dans sa carrière. 

L’un des cowboys canadiens – avec Erik Guay, Manny Osborne Paradis et Jan Hudec – il sert d’exemple à suivre pour les générations qui le suivent. 

Après son exceptionnelle saison 2009, Kucera se fracture le tibia et la fibule. Lors d’une descente en 2010, alors qu’il marque un retour au sport, John domine, mais finit par sortir de ses fixations et chuter, se fracturant à nouveau la jambe. En 2011, il souffre de plusieurs disques bombés dans le dos. Après une pause de trois ans due à ses blessures, John effectue un second retour, cette fois au lac Louise, en 2012 – ce que plusieurs décrivent comme un geste courageux. Cette année, John termine 14e au Super-G et prouve qu’il peut rivaliser avec les meilleurs et ce, même après avoir subi toutes ces blessures. 

Malheureusement, John est forcé de prendre sa retraite en 2014 à cause d’une névrite vestibulaire, condition de l’oreille interne qui provoque étourdissements et nausées. 

John se joint ensuite aux entraîneurs de Canada Alpin afin de partager ses connaissances et son expérience avec les prochains grands athlètes canadiens de ski alpin. 

John est désigné Athlète albertain masculin de l’année en 2006 et en 2009. Il est intronisé au Temple de la renommée du sport de l’Alberta en 2017. 

« J’adore ce sport et j’ai toujours apprécié le travail des entraîneurs. C’est sans doute dû à Jason Lapierre », explique John, évoquant son propre entraîneur, décédé ragiquement en 2006. « J’aimerais être le modèle et le mentor qu’il a été pour moi. » 

« Il faut trimer dur, rester déterminé et surmonter les obstacles. Mais une fois que vous y arrivez et que vous regardez derrière vous, que vous constatez tout le chemin que vous avez parcouru, votre appréciation de tout ça s’en retrouve augmentée. On ne m’a pas fait de cadeaux. J’ai travaillé fort. Mais c’est quelque chose dont je suis très fier aujourd’hui. » – John Kucera 

Contribuez